JEAN-FELIX LALANNE

 

Jean-Félix Lalanne

Génération guitare

Entre un album en hommage à Marcel Dadi (« Ma guitare à Dadi », sorti en 2016) et un nouvel album en binôme avec Jean-Pierre Danel, « Génération Guitare » (sorti chez Sony Music début 2017), Jean-Félix Lalanne est passé dans nos studios il y a quelque temps pour évoquer son parcours et son actualité, non sans rappeler l’importance de la figure de Marcel Dadi.

JFL Couleur ok 


Dadi for ever


Lorsqu’on commence la guitare en écoutant les disques de Maxime Le Forestier et en relevant les solos d’Alain Le Douarin, peut-on imaginer la révélation que constitua, au milieu des années 70, la découverte de la musique de Marcel Dadi ? Disparue en 1996, cette figure tutélaire de la guitare nous a donc quittés il y a plus de vingt ans déjà. Pour Jean-Félix, lorsqu’il s’agit d’évoquer Marcel, il n’est en tout cas pas question de se limiter au seul domaine guitaristique ! « Plus j’évolue, plus je vieillis dans ma vie d’artiste, plus je me rends compte à quel point Marcel a marqué aussi mon état d’esprit, en général », remarque-t-il. La générosité, la décontraction, l’envie de « faire de la musique sérieusement sans se prendre au sérieux » continue aujourd’hui d’influencer et de nourrir notre guitariste, tout comme l’humour de Marcel (« On riait tout le temps, c’était quelqu’un de très drôle… »). Un état d’esprit que l’on peut retrouver, par exemple, à travers les différentes moutures d’Autour de la Guitare, dont la dernière édition, à l’automne 2015, a su braver l’adversité. « Marcel composait des morceaux comme on écrit des chansons (refrains, couplet, pont…) », reprend Jean-Félix. D’ailleurs, en rentrant de Nashville, juste avant ce funeste accident, Dadi avait le projet de travailler avec un auteur, afin de mettre des paroles sur ses mélodies. De cette relation qui s’est développée au fil du temps, la musique étant finalement presque devenue « secondaire », Jean-Félix a retracé l’histoire dans un spectacle où il rejoue les choses « en temps réel ». « Tout ce que je fais dans le spectacle est vrai ! », insiste-t-il.


A Letter from Abi


Pour illustrer musicalement cette intrigue en forme de « conte de fées », Jean-Félix interprète une des premières compositions de Marcel, A Letter from Abi. « Une mélodie très belle, avec un accompagnement simple, et qui chante ». Pour bien négocier cette pièce, notre homme distille quelques précieux conseils, en particulier pour la main droite, qui doit faire ressortir le chant. C’est l’occasion de rappeler l’existence de deux écoles pour les basses alternées dans le picking. Celle de Merle Travis, qui accentue les 1er et 3e temps (dont se réclamait Marcel), et celle de Chet Atkins, qui insiste sur le 2 et le 4, que suit plutôt ici Jean-Félix, produisant un autre type de balancement. Afin de servir au mieux « ce petit bijou de pureté », Jean-Félix a apporté sa Takamine signature de 1982, faite à la main par Mass Hirade, celle-là même qu’il jouait avec Dadi à l’Olympia, qui signe sa préférence (y compris dans le picking !) pour la corde nylon.


Sous les feux de l’actu


Fidèle encore à l’esprit du maître, qui, avec la diffusion des fameuses tablatures, a mis son savoir à la disposition de tous, Jean-Félix n’a lui-même eu de cesse de s’employer à « rendre ce qu’on a reçu », par une série d’initiatives intégrant notamment les nouvelles technologies. Afin de compléter la démarche entreprise avec iMusic-School, qui consiste à « créer du contenu qui est vu ensuite », il a créé récemment une nouvelle interface destinée à rétablir et développer l’interactivité du rapport pédagogique (via skype notamment), en facilitant la « gestion des calendriers en temps réel ». De nombreux solistes l’ont rejoint dans cette nouvelle aventure, tels Michel Haumont, Manuel Delgado, Christian Séguret, Jo Vurcchio ou Laurent Roubach (à visiter : www.guitar-vip.com).

Avec Jean-Pierre Danel, « collectionneur de sons » connu pour sa « science du vintage », Jean-Félix partageait par ailleurs cette envie commune de « démocratiser la guitare, la sortir de sa niche, pour essayer de toucher un peu tout le monde. » C’est chose faite avec ce nouveau double album rassemblant quarante grands thèmes qui ont marqué l’histoire de l’instrument, avec des arrangements qui couvrent tous les styles (plutôt « rock et pop » pour Jean-Pierre, et « classique, Brésil, jazz, country » pour Jean-Félix), sans exclure un « terrain de jeu » commun.

Generation Guitare

 

Cerise sur le gâteau, Jean-Félix nous offre une pièce récente, qu’il a eue l’occasion de jouer avec Robben Ford. Pour cette compo un peu complexe, basée sur le groove, le slap du pouce est requis à la main droite. C’est dire si « l’importance de la dynamique et du tempo » s’avère ici cruciale, notamment pour le balancement. Une belle manière de conclure en guitare !

Pour accéder à la partition, clicker sur le lien ci-dessous :

Partition Swing Machine

Site : www.jeanfelixlalanne.com

Concert : le 8 septembre au Casino de Sète (34)

Écrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *