HOMMAGE ALLAN HOLDSWORTH

L’hommage de Jean-Marie Salhani

à Allan Holdsworth

« Guitariste des guitaristes », Allan Holdsworth nous a quittés le 15 avril. Né le 6 août 1946 à Bradford (Angleterre), le guitariste de Gong et de Soft Machine, par son lyrisme et sa technique de jeu unique, privilégiant le « legato » et générant une extrême fluidité de l’expression, fut une source d’inspiration et/ou une influence majeure pour nombre de ténors de la six-cordes, tels John McLaughlin, Steve Vai, John Scofield, Carlos Santana, Eddie Van Halen ou Frank Zappa. Jean-Marie Salhani, producteur de l’album « The Things You See », enregistré en duo avec le pianiste Gordon Beck en 1980, lui rend hommage.

C’est par l’intermédiaire de Gordon Beck, qui enregistre alors l’album « Sunbird », que Jean-Marie Salhani fait la connaissance du guitariste. « J’ai été surpris de le voir arriver avec un violon ! », raconte le producteur. « Un garçon très timide, très effacé… Le soir venu, il s’est mis à parler… On a passé trois jours en studio. C’était assez magique… ». Le quartet réuni par le pianiste (avec Jean-François Jenny-Clark à la contrebasse et Aldo Romano à la batterie) part ensuite sur la route, en tournée. « On a dû faire une trentaine de villes, reprend Jean-Marie, avec les moyens du bord… C’était une période sans pareil, je n’ai jamais connu ça depuis. »

« Quand on commence à connaître Allan, à rentrer dans sa musique, explique Jean-Marie, on a du mal à sortir de cet envoûtement… C’est quelqu’un qu’on ne peut pas oublier… Quand j’ai appris son décès, j’ai été effondré. Je ne pensais pas qu’il pouvait mourir ! D’ailleurs, il n’est pas mort, puisque nous pouvons l’écouter, heureusement. » Fascinés l’un par l’autre, Gordon et Allan enregistrent ensuite « The Things You See » en duo piano/guitare. Le producteur leur propose un album « acoustique », un challenge pour Allan, confronté pour la première fois à cette expérience. « Ce qu’ils ont enregistré est à mon sens quelque chose de tout à fait unique, de tout à fait exemplaire », confie Jean-Marie. En 1988, les deux hommes se retrouvent pour un deuxième album en duo (« With a Heart in my Song »), à Los Angeles. Allan y joue de la guitare électrique et du Synthaxe. « Allan était très introverti et en même temps très pudique… Chez lui, il était beaucoup plus décontracté, plus à l’aise, sur son terrain. Il jouait « à domicile »… Mais je pense qu’il n’a jamais été aussi bon que quand il était en danger ! ».

« Tous les guitaristes lui doivent quelque chose, conclut Jean-Marie. Il vous prend pour toujours ! »

 

Allan Holdsworth

Écrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *