L’ESPRIT MANOUCHE DE THOMAS DUTRONC

 

THOMAS ROTATOR
© Basile Minatchy

Thomas Dutronc & L’Esprit Manouche

Thomas Dutronc rend hommage à Django Reinhardt
les 23, 24 & 25 septembre au Cirque d’Hiver.

On connaît l’amour de Thomas pour Django. Il ne manque pas une occasion de célébrer le génie du maître de la guitare, ni de convier à la fête, chaque fois qu’il en a l’occasion, d’illustres représentants du style manouche. Il a même poussé sa passion, au début des années 2000, jusqu’à intégrer le « Gypsy Project » de Biréli Lagrène, pour une tournée restée dans les annales.

Depuis, Thomas a tracé sa route, au fil des albums, déployant l’art subtil des amoureux vrais, sans jamais renier sa fidélité à cet Esprit. Mais cette fois, l’artiste a décidé d’aller un peu plus loin, prolongeant un geste inscrit de longue date au cœur de sa musique, portée par les vibrations de sa guitare. En proposant cette nouvelle création dans le cadre du Festival d’Ile de France, Thomas fera bien sûr la part belle à la virtuosité des cordes, traditionnellement consubstantielles à l’idiome manouche (générosité du violon, avec Pierre Blanchard et Aurore Voilquié ; magie de la guitare de Rocky Gresset, une des « pointures » les plus inspirées de la jeune génération, compagnon de route attitré du chanteur), sans hésiter non plus à « porter le fer » là où on ne l’attendait pas.

Au nombre de ces surprises, l’invitation lancée au clarinettiste Michel Portal, éminente personnalité du monde du jazz, qui participera à l’événement, apparaît en l’occurrence aussi audacieuse que motivée. Rappelons en effet qu’après Stéphane Grappelli, monument du violon jazz à lui tout seul, c’est au clarinettiste Hubert Rostaing que Django fit appel pour former son « second Quintette ». De la clarinette d’Hubert (qui « fricota » également régulièrement dans les allées de la chanson française, entre autres auprès d’Yves Montand) à celle de Michel (connu aussi bien pour ses interprétations de Mozart que sa carrière d’improvisateur), la ligne est donc toute tracée, épinglant deux des musiciens les plus distingués que l’Hexagone ait portés.

Comme un bonheur « ne vient jamais seul », Thomas a également eu le bon goût de solliciter le guitariste Raoul Chichin (fils de qui vous savez). Une initiative on ne peut plus fidèle à l’esprit du grand Django, qui, des années 30 aux années 50, « révolutionna » son art plus d’une fois, refusant de se confiner dans l’esthétique de ses débuts – manière élégante de souligner que, plus de soixante ans après la disparition de l’illustre Manouche, la guitare est toujours bien vivante !

De très beaux moments en perspective, magnifiés par le cadre unique du Cirque d’Hiver, connu pour ses accointances avec le monde du voyage. A coup sûr l’écrin idéal…

Interview exclusive de l’artiste prochainement sur notre site, suivie d’un reportage dans les coulisses de l’événement.

Site : www.festival-idf.fr

© Yann Orhan
© Yann Orhan
Écrit par

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *