LE FUNK DE GRANT GREEN

« Funk in France »

Slick

A la charnière des sixties et des seventies, Grant Green, jusque-là estampillé « guitariste de jazz » (tendance hard bop), est à la croisée des chemins. Il évoluera en effet vers un répertoire de plus en plus « funky », délaissant la pulse ternaire de sa première période pour explorer résolument les voies du « binaire ». Resonance Records, qui nous avait régalés il n’y a pas si longtemps avec un splendide live de Wes Montgomery (« In Paris »), récidive avec le natif de Saint-Louis, en proposant pas moins de deux publications. La première (« Funk in France », coffret 2 CD), éditée avec le concours de l’INA, illustre pleinement cette période de transition, en réunissant un concert en trio capté à la Maison de la Radio en octobre 1969 (avec Larry Ridley – basse et Don Lamond – drums) et des extraits de concerts en quartet (orgue/saxophone/batterie) donnés en juillet 1970 au festival d’Antibes. Les morceaux s’allongent, et les grooves à la James Brown pointent le bout de leur nez… La page est définitivement tournée quelques années plus tard, comme l’atteste le second document (« Slick ! »), enregistré en quintet à Vancouver en septembre 1975. Les deux versions publiées d’Insensatez (Paris, 1969 et Vancouver, 1975) sont à cet égard édifiantes. On passe en effet d’un peu plus de 7mn (Paris) à 26mn (Vancouver). Comme d’habitude chez Resonance : travail éditorial et iconographie exemplaires. Jouissif !  

Funk in France

Écrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *