FESTIVAL DJANGO A GOGO

Festival Django A Gogo

En direct de Maplewood (New Jersey) avec Stéphane Wrembel

Reportage : Ronan Jacques

Guitariste et organisateur de cette manifestation, Stéphane Wrembel rend compte « en direct », soir après soir, du déroulé du festival Django A Gogo, qui s’est ouvert le mardi 28 février. Au programme, concerts, stage sous forme de « camp de guitare » (cours par groupe de niveaux le matin et workshops l’après-midi), avant la soirée de clôture prévue au Carnegie Hall avec Stochelo Rosenberg et Al Di Meola.
La première journée est marquée par l’installation des stagiaires et le concert d’ouverture, avec notamment la participation de Stochelo Rosenberg, Paulus Schäfer et Alfonso Ponticelli, que l’on va retrouver sur scène avec son groupe le deuxième soir (en compagnie du violoniste Christiaan Van Hemert). Tandis que le festival acquiert son rythme de croisière et que les master-class de Sochelo Rosenberg rallient tous les suffrages l’après-midi, la troisième journée est marquée par l’arrivée d’Al Di Meola et le concert du Rhythm Future Quartet (avec Olli Soikkeli), couronné par un boeuf final réunissant Di Meola, Rosenberg, Larry Keel et Stéphane Wrembel lui-même. Stay Tuned !

Le festival continue, mais le rythme s’accélère ! Le quatrième jour est en effet marqué par le concert au Carnegie Hall, une salle qui dégage « un truc mystique », déclare Stéphane Wrembel, le maître de cérémonie. Stéphane ouvrira la soirée en solo, en interprétant l’Improvisation N°1 de Django Reinhardt (un challenge !), avant d’accueillir ses invités : David Gastine, Larry Keel, Stochelo Rosenberg, Al Di Meola, et une série de surprises pour le finale (le chanteur Ryan Montbleau, Paulus Schäfer et la prometteuse Sara L’Abriola).
Après de telles émotions, retour au camp pour la cinquième journée, avec le dernier workshop en compagnie de Stochelo Rosenberg, et un concert en quintette de Paulus Schäfer (avec le talentueux Christiaan Van Hemert au violon). Mais le Carnegie Hall « laisse des traces », et tout le monde pense déjà à « relancer la machine » l’an prochain. Encore à venir le lendemain, la soirée de clôture au Barbès (un club tenu par deux musiciens français), situé au coin de la 6e Avenue et de la 9e Rue, à Brooklyn.

Site : www.djangoagogo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *